Blog

Des nouvelles, des nouvelles !

Un printemps plein de bonnes nouvelles pour moi…

Ce vendredi 1er mai sort en librairie un recueil collectif, sous l’égide de la Foire du livre de Bruxelles et de différents partenaires comme Médecins du Monde et Amnesty international. Son titre : Des murs et des mots. Thématique : l’enfermement. J’ai eu le plaisir d’y collaborer avec un court récit, « Dans ce pays d’étrangers », au titre inspiré d’une chanson des Pixies.

Et puis il y a mon recueil, Kayak, compost et rock’n roll, dont mes exemplaires viennent de me parvenir et qui sort la semaine du 6 mai.

Bonne lecture !

Sueño con estar lejos

A ce stade, on a l’impression que le confinement a duré toute la vie et pourrait se prolonger tout autant. Au quantième jour en sommes-nous ? Chacun lutte comme il peut pour ne pas faire un bien vilain fou.

Je me souviens qu’étant étudiant, quelqu’un m’avait amené dans une chambre aménagée quelque part dans les combles de la place Saint-Boniface, bien avant sa gentrification, chez une fille que je rencontrais en entrant chez elle, pour terminer une soirée d’errances, je ne sais plus pourquoi on était arrivés là.

On ne s’était pas plu, avec la fille qui nous recevait. Comme c’est si courant chez les gens dits de gauche (dont je suis : je ne devrais pas l’écrire par mesure de précaution et pour ne pas faciliter leur tâche le jour où, mais il est des licences que l’on prend sans comprendre), l’un était trop je ne sais quoi pour l’autre, ou trop … allié objectif de l’ennemi, enfin, je ne me souviens plus des détails. Ce dont je me souviens, c’est d’une discussion sur l’hygiène petite-bourgeoise des chiottes et en ces temps de pénurie de papier-q, je rigole doucement.

Surtout, cette fille avait un poster, ou une inscription, comme chez moi celles d’Achille Chavée. Cela disait « Sueño con estar lejos ». Et il y avait la photo du Che. Je rêve d’être loin. Comme je l’ai toujours rêvé, sans jamais cesser de m’imaginer d’autres vies. Pendant sept ou huit ans, bien plus tard, j’ai pris le train deux fois par semaine à la gare du Midi, rêvant à chaque fois de prendre un international et me retrouvant systématiquement à Mons.

L’ennui, l’impuissance, tant d’heures futiles face à l’écran m’ont poussé à replonger dans mes scans de négatifs et à donner libre cours à mon envie d’être ailleurs. Pas un journal, un songe.

Coup de projo

Toujours étrange, donc rare, pour moi de partager sur ce blog. Vox clamantis in deserto ? Voilà que je me prendrais pour saint Machin. Version bouteille à la mer.

Juste pour te dire à toi, fidèle abonnée, que Nuits d’apnée est sortie il y a un mois et les premiers retours arrivent à mes oreilles. Souvent encourageants, comme celui de Michel Dufranne, ce 27 janvier, sur la RTBF…

Poissons sonores

Bande-son. Pas une play-list. Une compil. Spéciale dédicace à toutes les bidouilleuses et bidouilleurs.

On va parler ‘musiques populaires’. Sans encyclopédie mais avec amour.

La Médiathèque. Un truc tellement d’un autre monde que même le nom n’existe plus. Je me souviens quand sur la place de Mons, on devait montrer patte blanche pour emprunter les 33-tours : si l’aiguille de votre tourne-disque n’était pas en parfait état, vous rentriez bredouille. Les collections insondables de la médiathèque, comme un enfant perdu dans la forêt tropicale. Autodidacte jusqu’à l’indigestion.

Le choc, plus tard, rentrant chez moi, à l’écoute des trois cd. J’avais déjà un peu fait le tour des musiques connues, des musiques qui en étaient proches et des musiques classées non loin des musiques proches des musiques connues. J’avais donc demandé qu’on me recommande quelque chose. Quel genre ? Ce que tu veux. Et là, Pierre avait eu l’idée de génie : Kulu Se Mama de Coltrane, Les Noces de Stravinsky et 13 songs de Fugazi. J’avais 15 ans, peut-être 16. C’était donc il y a 28 ans, peut-être 29. Bien sûr copiés sur cassettes, écoutés avec l’intensité dont seuls les ados, les enfants ou les fous sont capables.

En polar, il y a Izzo. Jean-Claude le Marseillais. Trilogie de Fabio Montale. Je retrouve dans ses titres le genre de culture populaire qui me nourrit : Total Khéops, tiré tout droit des rappeurs de IAM, Chourmo, à chercher chez les Massilia Sound System et puis Solea, du flamenco, revisité par le grand Miles.

Alors, un peu en hommage, en m’insérant dans une tradition informelle, parce que j’aime ça, voici une mini bande-son pour mes Poissons volants. Dans l’ordre d’apparition dans le bouquin :

Est-ce qu’après ça, j’oserais vous souhaiter une bonne écoute ?

 

 

L’argentique

Avant de rêver La Línea, je l’ai beaucoup photographiée. Je suis fasciné par le graphisme de ces exocets qui, en saison, se retrouvent partout dans le quartier de la Atunara.

 

Zone très populaire, de pêche et de trafic, déglinguée, solidaire, gouailleuse, équivoque, c’est le parfait terrain de jeu du reporter en herbe et une source intarissable d’anecdotes policières.

En été, dès 11 heures, le soleil cogne et la lumière devient très, très dure. Pas facile de capter des détails dans l’ombre du parasol sans exploser complètement les tons clairs. Finalement, j’ai choisi sur cette photo de réduire le contraste, ce qui fait que, en tout cas sur l’écran mal calibré de mon pc, elle me semble aujourd’hui un peu grise.

vendedora-2-web

Précision : c’est de l’argentique, de la pellicule noir et blanc (à l’époque encore, la regrettée Neopan 400 de Fuji). Je travaille avec un vieux Rolleiflex de plus de 60 ans et une petite cellule photométrique capricieuse.

 

a18-web
Paquet cadeau          © Fr. Filleul

En déambulant dans le quartier, on tombe sur de drôles de paquets. Bien malin qui dirait ce qu’a pu contenir cette fourgonnette enrubannée…

J’ai pris – je prends – énormément de plaisir à photographier en Andalousie. Dompter la lumière, chercher les détails dans les blancs, capturer un bout du réel qui, sinon, aurait été agencé différemment. Au sens littéral, la photo permet de mettre un cadre à la vie. A mi-chemin entre documentaire et invention, on capte, sans douleur, sans nécessité de se projeter soi-même. Bien caché derrière l’appareil. À lui de se charger de la médiation.

Poissons volants nait en partie de cette recherche photographique. En quelque sorte, le roman nait ici :

a6-bis-web
Casa sonrisa      © Fr. Filleul

Cette maison qui semble guigner de l’œil et se foutre gentiment de votre gueule, c’est un peu le noyau de sens d’où tout se déploie.

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑