Boekenbeurs 2019

Intro

Bonjour ! Cet article est mon fil conducteur pour une animation en français langue étrangère (FLE) à la Boekenbeurs d’Anvers, le 31 octobre 2019.

De quoi s’agit-il ? Proposer des pistes d’exploitation en classe de quelques polars contemporains issus de la production belge francophone. Rien d’exhaustif, ni une analyse littéraire. Mon parti-pris est d’utiliser le polar pour dériver vers diverses activités potentiellement stimulantes pour compléter un cours de FLE.

Le roman policier en classe de langue permet évidemment de développer le lexique et de renforcer la grammaire. Il se prête à des actes de communication variés : raconter une histoire, inventer un alibi, poser des questions pour confondre un suspect ou émettre des hypothèses, décrire un lieu, une personne ou une relation…

Le polar en classe de FLE invite aussi non seulement à travailler sur la langue d’un auteur et à découvrir son univers, mais aussi à aborder des aspects culturels, sociaux, politiques et psychologiques riches d’un point de vue linguistique. Son utilisation peut permettre de renforcer le gout pour la langue étrangère étudiée. C’est cette deuxième dimension, moins strictement linguistique et scolaire, mais d’une grande richesse pour les élèves, que je propose d’explorer.

Vous ne trouverez pas ici de séquences didactiques à répliquer telles quelles mais plutôt des éléments de réflexion à développer pour vos cours. Que vous ayez à cœur de faire lire un livre en entier ou que vous préfériez partir d’extraits, il m’a semblé intéressant de vous proposer de laisser dériver le polar vers d’autres types de textes et d’autres supports. Critique littéraire, réseaux sociaux, websérie, série télé, cinéma, histoire de l’art, article informatif, journal télévisé, chanson…; le polar se retrouve ainsi au centre d’une mosaïque d’activités possibles qui devraient enrichir vos pratiques de classe.

J’ai choisi de partir de peu de romans et de suggérer à chaque fois plusieurs déclinaisons possibles. Et pour tous ces développements, que du belge et du contemporain !

Alors, bien sûr, ce qui suit est souvent très sombre. « Toi qui entres ici, abandonne toute espérance », avertissait Dante à l’entrée de son Enfer. Je n’irais pas jusque-là. D’abord, parce que beaucoup de polars ne sont pas dénués d’humour et, surtout, parce qu’il existe autant de manières d’en sortir que de portes d’entrée !

Bonnes lectures !

 

Les œuvres reproduites ici ne sont évidemment pas libres de droits. Je ne les cite que dans le but d’en proposer une exploitation pédagogique.

 

 

Mise en route : websérie Burkland, prologue : bricolage zombie

Cette websérie, créée par Grégory Beghin et produite par la RTBF, a été diffusée en 2016. Elle ne relève pas à strictement parler du polar, on est plus dans le thriller en mode zombies, mais est, pour le coup, bien noire, et non dénuée d’humour.

Les épisodes, comme le veut le genre, sont courts (moins de six minutes). Ils ont en outre été conçus pour être visionnés sur smartphone. Le prologue devrait accrocher un public d’ados et les mettre en conditions pour la suite.

 

Barbara Abel, Derrière la haine (2012) : thriller familial

Extrait (p. 23)Derrière la haine004

Bande-annonce du film :

 

Critique sur Babelio.com :

Une violente dispute éclate entre Lætitia et Tiphaine à propos des enfants. Une accusation de trop, des menaces d’avertir les flics, c’en est trop pour Tiphaine. La gifle part et s’abat violemment sur Lætitia. David, le mari de cette dernière, met fin à cette querelle. Le couple rentre chez lui, Tiphaine dans la maison mitoyenne séparée par une haie…
7 ans plus tôt, les deux couples, d’un côté, Lætitia et David, de l’autre, Tiphaine et Sylvain sont amis et qui plus est, voisins. L’amitié est parfaite, ils s’entendent à merveille, partageant les bonheurs et les petits malheurs du quotidien. Leur amitié déjà fusionnelle sera renforcée par l’arrivée de leurs petits garçons à trois mois d’intervalle. Ces derniers, presque frères, complices et joueurs, font le bonheur de chacun. Jusqu’au jour où un drame surgit mettant à mal la confiance, le respect et l’affection qu’ils se portaient…
Dès les premières pages, l’on sait qu’un terrible drame a séparé les deux couples. Fini l’entente parfaite, place aux reproches, à la rancœur et à la défiance. Quel événement tragique a pu ainsi les diviser? Barbara Abel, avec son premier chapitre évidemment accrocheur, attise la curiosité du lecteur, témoin privilégié de cette spirale. Efficace et redoutable! L’on en vient évidemment à douter de ces deux couples, l’auteur jouant au chat et à la souris. Des couples pourtant attachants au premier abord. En effet, chacun traine son lot de casseroles, tels qu’un passé d’ex-taulard toxicomane pour David, la perte soudaine des parents de Lætitia et une rencontre malsaine entre Tiphaine et Sylvain. Malgré une fin trop rapide, ce roman sombre, porté par une écriture riche, nous entraîne dans les tréfonds de l’âme humaine.
L’on se cache Derrière la haine…

(Marina53, 19 juin 2015)

 

Patrick DELPERDANGE, Si tous les dieux nous abandonnent (2016) : noires forêts d’Ardennes

Extrait (pp. 48-49)Si tous les dieux002Si tous les dieux003

 

Texte de quatrième de couverture :

Violence, cruauté, trahison : rien ne leur sera épargné.Céline est une jeune femme en fuite. Léopold, un vieux monsieur qui ne tient plus à la vie que par habitude. Quant à Josselin, il ne s’agit en fin de compte que d’un idiot qui se croit très malin.Le destin de ces trois personnages va se trouver lié de manière inattendue et impitoyable.Un dieu malfaisant aurait-il décidé de s’amuser avec leur existence, comme un fou qui jouerait aux dés ?Malgré leurs défauts, malgré leurs maladresses, Céline, Léopold et Josselin nous touchent comme nous toucheraient des amis, des semblables, des frères. Ce qui leur arrive pourrait tout aussi bien nous arriver. Si tous les dieux nous abandonnent, il nous faudra continuer à vivre seuls, pauvres humains.

 

Interview Delperdange (min. 3:09 – 4:30)

 

Pour aller plus loin : extrait de la série La Trêve (S1, E1), de Stéphane Bergmans, Benjamin d’Aoust et Matthieu Donck (2016)

 

Pour aller encore plus loin : extrait du film d’horreur Calvaire, de Fabrice Du Welz (2004)

 

 

 

 

 

EFFEL, Le dragon déchaîné (2017) : polar du folklore mondial (montois)

Vidéo : activité proposée par TV5Monde sur la fête du Doudou, patrimoine mondial de l’UNESCO (avec fiches d’exploitation, niveau A2)

 

Vidéo : D’art d’art, « Paolo Ucello, Saint Georges terrassant le dragon » (émission de France Télévisions)

 

Extrait

Dragon001 copy

 

Dragon002 copy2

 

Développement culturel : « Le folklore belge, c’est géant », article du journal Le Soir, paru à l’occasion de l’inscription du Doudou à la liste des chefs-d’œuvre de patrimoine oral et immatériel de l’humanité

 

 

 

Nicolas ANCION, Nous sommes tous des playmobiles (2007) : des nouvelles de Bruxelles à l’humour très noir

Extrait de la première nouvelleIl y a une justice001

 

Une justice ? Le tiger-kidnapping qui tourne mal (ou pas)

 

Adaptation pour la radio de la nouvelle « J’apprends à bien tuer »

 

Présentation de l’éditeur :

Bruxelles est une ville en plastique, comme le reste de la planète : on y voit courir des petits bonshommes dérisoires, emportés dans le courant de leur vie comme des bouteilles vides à la surface du canal. On rit, on se bat, on se débat, puis on se laisse aller et on se retrouve noyé dans la vase, sans avoir rien remarqué. A moins qu’un soubresaut ne change le cours des choses. Il suffit de presque rien : une tache de sauce, un appareil photo, une agrafeuse, un abri de jardin ou un paquet de cigarettes pour qu’une vie banale bascule dans la grande aventure, pour que l’absurde redonne des couleurs à une existence terne.

Nicolas Ancion est un auteur prolifique. Il écrit aussi des romans jeunesse, dont Le livre le plus nul de la bibliothèque, qui vient de sortir. Il travaille encore pour le théâtre, comme dans cet excellent spectacle où le cinéma est central et qui devrait enchanter vos jeunes gens !

Terminer en chansons :

James Deano, Le fils du commissaire (2008)

Veence Hanao, Sur le visage (2019)

 

Merci ! Dank u wel !

Pour tout commentaire ou toute question : francoisfilleul@hotmail.com ou via FB.

 

Mini-bibliographie

ABEL, Barbara, Derrière la haine, Fleuve noir, 2012 (Pocket 15557).
ANCION, Nicolas, Nous sommes tous des playmobiles, Le Grand Miroir, 2007 (Espace Nord, 357).
CHOQUET, Ben, Vengeance et mat, Loverval, Kennes éditions, 2019.
COLIZE, Paul, Back up, La Manufacture, 2012 (Folio policier 685).
CORLIER, Isabelle, Ring Est, Hévillers, Ker éditions, 2018.
DELPERDANGE, Patrick, Si tous les dieux nous abandonnent, Paris, Gallimard, 2016 (Folio policier, 870).
DUFRANNE, Michel (éd.), Bruxelles noir, Asphalte éditions, 2015.
EFFEL, Le dragon déchaîné, 180° éditions, 2018.
FILLEUL, François, Poissons volants, Hévillers, Ker éditions, 2019.
 
 
 
 
 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :